La spirométrie

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu’est-ce que c’est ?

La spirométrie, aussi appelée fonctions pulmonaires simples, est la mesure de la fonction respiratoire.

Il est en général possible de la réaliser dès l’âge de 5 ans.

Les valeurs à atteindre dépendent de la taille, de l’âge, du sexe et de l’origine ethnique. Elles sont toutefois individuelles, certaines personnes ayant des valeurs bien meilleures que celles de la population générale, par exemple.

A quoi ça sert ?

La spirométrie sert à mesurer la fonction des poumons. Elle permet de déterminer s’il y a une anomalie dans la circulation de l’air dans les voies respiratoires, allant de la gorge à la trachée, aux bronches et aux petites bronches (bronchioles). Ainsi peuvent être détectés tant un problème à l’inspiration (par exemple, une dysfonction des cordes vocales) qu’à l’expiration (asthme et broncho-pneumopathie chronique obstructive, entre autres).

La spirométrie sert aussi à suivre l’activité de la maladie, comme l’asthme. Elle permet de
déterminer l’efficacité des médicaments pris et d’adapter le traitement. La spirométrie est une mesure plus précise et plus complète de la fonction respiratoire que le peak flow. Elle permet de déterminer l’évolution de la fonction respiratoire, et de détecter des changements qui ne sont pas encore perceptibles. Ainsi peut être adaptée la prise en charge (médicaments, exercice physique, éviction du tabac et autres irritants des voies aériennes) pour éviter au maximum la dégradation de votre capacité respiratoire.

A noter que ces deux  examens (spirométrie et peak flow) sont donc complémentaires, le peak flow étant plus simple d’utilisation et transportable partout avec soi. 

Comment ça se passe ?

Vous tenez un tube en plastique léger dans une main (embout du spiromètre).

Assis ou debout, vous mettez le tube dans la bouche et respirez dedans, par la bouche. Les lèvres doivent bien entourer l’embout pour qu’il n’y ait pas de fuite. Pour éviter que vous ne respiriez par le nez, un pince-nez vous est fourni.

Après plusieurs cycles de respiration normale par la bouche, lorsque l’on vous le dit, vous
remplissez vos poumons d’air le plus que vous pouvez, puis vous soufflez le plus fort que
vous pouvez et le plus longtemps possible. Plusieurs mesures sont souvent nécessaires. Les valeurs s’affichent sur un ordinateur.

Selon le but du test, une inhalation de médicament par la bouche est réalisée, par exemple avec un bronchodilatateur de type bêta2-mimétique lors de recherche d’un asthme. Après plusieurs minutes (délai d’action variable selon le médicament), les mesures dans le tube sont répétées. Le résultat est instantané. Il vous est expliqué par le médecin qui a prescrit le test.

Quelles précautions prendre?

Selon la prescription de votre médecin, certains de vos médicaments doivent parfois être arrêtés avant le test. Bien entendu, en cas de besoin (forte toux ou difficulté respiratoire importante, par exemple), vous pouvez prendre le traitement d’urgence que votre médecin vous a prescrit. Il faudra simplement l’en avertir le jour du test.