Les tests cutanés

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu’est-ce que c’est ?

Les tests cutanés, comme leur nom l’indique, sont des tests réalisés sur la peau. Ce sont les tests les plus performants pour détecter les allergies. Il en existe plusieurs types : prick tests (PT), intra-dermoréactions (IDR), tests épicutanés (TEC) aussi appelés patch tests. Les tests se réalisent en général sur la peau des avant-bras (PT, IDR) ou du dos (TEC). 

A quoi ça sert ?

Les tests cutanés sont un moyen simple et très efficace pour déterminer si vous souffrez d’allergies.

Schématiquement, les PT servent à rechercher une allergie aux pollens, aux aliments, aux animaux comme le chat ou la guêpe, aux acariens, au latex, aux médicaments et autres substances à usage médical (antiseptique, produits de contraste, etc).

Les IDR sont surtout utilisés pour rechercher une allergie aux médicaments et autres substances à usage médical, de même qu’aux venins de guêpe et abeille.

Les TEC, quant à eux, servent principalement à détecter une allergie à un produit entrant en contact avec la peau, comme les cosmétiques, les métaux, les teintures, les différentes substances utilisées au travail, ou certaines allergies aux médicaments.

Comment ça se passe ?

PT : après désinfection, les tests sont posés sur la peau. Ce sont des gouttes d’allergènes
(ce à quoi on suspecte une allergie et ce à quoi on veut exclure une allergie) qui sont posées en général sur l’avant-bras, à distance d’environ 2 cm les unes des autres. Ensuite, avec une lancette (petite pointe en plastique ou en métal), un minuscule trou est fait dans la peau à travers chaque goutte (une lancette par goutte). C’est un peu désagréable, mais pas douloureux, et peut être réalisé même chez les bébés. Le résultat du test est apprécié sur la peau 15 minutes plus tard. Classiquement, un test positif est une petite plaque rouge, gonflée et qui gratte.

IDR : après désinfection de la peau, en général de l’avant-bras, une injection d’une petite
quantité d’allergène (ce à quoi on suspecte une allergie et ce à quoi on veut exclure une
allergie) est injectée très superficiellement sous la peau. Il en résulte une petite bosse
palpable, d’environ 3 millimètres de diamètre. C’est un peu douloureux, mais les enfants
peuvent aussi bénéficier de ce test. La réaction au test est évaluée soit environ 20 minutes après son injection, soit les jours suivant l’injection, selon le type d’allergie recherchée. Votre médecin fait le planning avec vous avant de fixer le/les rendez-vous pour les tests. Schématiquement, un test positif est une petite plaque rouge palpable et qui gratte.

TEC : après nettoyage et parfois rasage ou épilation de la peau du dos, en général, les tests sont posés. Ce sont des bandes adhésives contenant une dizaine d’allergènes chacune, répartis tous les 2 cm en moyenne. En général, plusieurs bandes sont nécessaires. Elles sont classiquement laissées en place environ 48h, temps durant lequel il ne faut pas mouiller le dos (sauf bandes particulières). Elles sont alors décolées, et 30 minutes plus tard, la réaction de la peau est observée. Les jours suivants, le test est à nouveau lu sur la peau, souvent à 72h et 96h de la pose des bandes. Votre médecin fait le planning avec vous avant de fixer le/les rendez-vous pour les tests. Typiquement, un test positif est une petite plaque rouge palpable avec des petites cloques transparentes d’1 millimètre.

Pour tous les tests, si une réaction très gênante survient à l’endroit du test, avertissez-en le médecin qui a prescrit les tests.

Quelles précautions prendre?

PT et IDR : certains médicaments doivent être arrêtés plusieurs jours avant de réaliser les tests, pour ne pas les fausser. Ce sont typiquement tous les anti-allergiques (antihistaminiques, corticoïdes) pris par la bouche ou mis sur la zone de peau où les tests seront réalisés. La durée de l’arrêt dépend du temps d’élimination du médicament. Votre médecin vous informera selon les traitements que vous prenez. Avant la prise de tout nouveau médicament, il vaut la peine d’avertir le médecin qui a prescrit les tests, car d’autres médicaments que les anti-allergiques peuvent fausser les tests (certains antihypertenseurs, certains sirops contre la toux, certains anti-dépresseurs, etc).

TEC : surtout les corticoïdes, pris par la bouche ou appliqués sur la peau, doivent être arrêtés selon les recommandations du médecin.

Tout arrêt de médicament se fait bien sûr d’entente avec le médecin qui vous l’a prescrit.

Bien entendu, en cas de besoin (fortes démangeaisons, par exemple), vous pouvez prendre le traitement d’urgence que votre médecin vous a prescrit. Il faudra simplement l’en avertir le jour du test.

Enfin, les tests ne sont pas réalisés sur une zone de peau malade (poussée d’eczéma par exemple). 

Quels risques présente le test ?

Parfois, une forte réaction locale se produit (rougeur importante, fortes démangeaisons,
principalement).

Exceptionnellement, une réaction allergique similaire à celle qui a mené à faire ces tests peut se produire.