Les auto-anticorps

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu’est-ce que c’est ?

Les auto-anticorps sont des anticorps dirigés contre la personne qui les a produits, c’est-à-dire que les armes normalement produites par le système immunitaire pour défendre le
corps des microbes qui l’attaquent.

Il y a des anticorps dirigés contre le corps en général (facteur anti-nucléaire, par exemple)
et des anticorps dirigés spécifiquement contre l’un ou l’autre organe (anticorps anti-thyroïdiens, entre autres).

Certains sont pathogéniques, c’est-à-dire qu’ils participent au développement de la maladie, comme les anticorps anti-peptide citrulliné). D’autres démontrent la présence de la maladie mais n’en sont pas responsables, comme les anticorps anti-SSA et anti-SSB.

Voici une liste indicative d’anticorps typiquement rencontrés dans certaines situations :

  • Facteur anti-nucléaire (FAN) = anticorps anti-nucléaire (ANA) : lupus érythémateux systémique, sclérose systémique, syndrome de Sjögren
  • Facteur rhumatoïde (FR) : polyarthrite rhumatoïde
  • Anticorps anti-peptide citrulliné (anti-CCP) : polyarthrite rhumatoïde
  • Anticorps anti-SSA et anti-SSB : syndrome de Sjögren
  • Anticorps anti-Jo1 : dermatomyosite
  • Anticorps anti-cytoplasme des neutrophiles (ANCA) : vasculites à ANCA comme polyangéite microscopique ou granulomatose avec polyangéite (anciennement maladie de Wegener)
  • Anticorps anti-thyréoglobuline : thyroïdite auto-immune
  • Anticorps anti-mitochondries M2 : cirrhose biliaire primitive
  • Anticorps anti-récepteur de l’acétylcholine : myasthénie grave
  • Anticorps anti-facteur intrinsèque : maladie de Biermer

A quoi ça sert de les mesurer ?

La recherche d’auto-anticorps est utile pour comprendre s’il y a une maladie auto-immune, et si oui laquelle. En effet, le traitement est différent d’une maladie à l’autre, d’une part, et les symptômes qui évoquent une maladie auto-immune peuvent être dus à une autre pathologie (ex : infection, tumeur ou maladie métabolique).

Pour certaines maladies, le taux d’auto-anticorps sert aussi au suivi de l’activité de la maladie.

Il est parfois difficile d’interpréter le résultat, car certains peuvent être induits par des infections (ex : facteur rhumatoïde) ou des médicaments (ex : facteur anti-nucléaire).

Comment ça se passe ?

Une prise de sang suffit à mesurer ces auto-anticorps.

Quelles précautions prendre ?

Aucune.